Gironde: Une plainte pour geler un projet de golf sur une zone Natura 2000

Gironde: Une plainte pour geler un projet de golf sur une zone Natura 2000
La zone humide de Villenave d’Ornon est un territoire de chasse du vison d’Europe, une espèce menacée, selon le collectif de zadiste.

Au printemps dernier, un collectif s’est formé contre le projet d’un golf immobilier porté par le groupe Vizzion à Villenave d’Ornon, près de Bordeaux. Le seul projet de golf porte sur 40 hectares. Comme le site comprend une zone humide et fait l’objet d’un classement Natura 2000, ce collectif estime qu’il s’agit d’une zone à défendre (ZAD) et s’installe alors sur le site pour bloquer l’avancée des travaux. Ils ont été expulsés cet été, très violemment racontent-ils, et certains ont porté plainte pour violences policières. « Il y a eu mise en danger de nos vies », estime Alex, membre du collectif.

>> A lire aussi : Gironde: Une zone à défendre (ZAD) pour contrer un projet de golf immobilier

Ne pouvant plus pénétrer sur le chantier qui a été cerné de barbelés, le collectif continue à lutter notamment sur le terrain juridique. Il se prépare à déposer une plainte contre le promoteur pour des infractions relatives à la réglementation Natura 2000, aux zones humides, à la loi sur l’eau et à la protection des espèces.

Un territoire de chasse pour le vison ?

« Il y a des couleuvres, des chauves-souris, c’est un lieu de repos migratoire pour les oiseaux mais on sait aussi que le site est un territoire de chasse pour le vison d’Europe (une espèce menacée) », pointe Alex. « Le problème c’est qu’il faut piéger pour savoir s’il est vraiment sur place, ce qui est interdit. C’est absurde, c’est à nous de prouver qu’il y a des visons, cela devrait incomber à une instance de contrôle de l’Etat », ajoute une autre membre du collectif. « Dans les études qui ont été menées, on en a observé à quelques kilomètres du projet mais sa présence n’a pas été constatée sur le site », rétorque Michel Poignonec, premier adjoint au maire de Villenave d’Ornon.

>> A lire aussi : Bordeaux: Tension autour du site de construction d’un golf

« Normalement ce n’est pas possible d’utiliser des pesticides à moins de cinq mètres d’un cours d’eau, a fortiori sur une zone humide. Ce sont des produits hydrosolubles ! », se désole aussi Alex, pointant la fragilité des berges de la Garonne. « On a demandé aux porteurs du projet d’utiliser des fertilisants en grande majorité organique ou bio », assure le premier adjoint du maire de Villenave.

« Les zones Natura 2000 ne sont pas des sanctuaires »

« Il faut savoir que c’est un dossier qu’on connaît depuis très longtemps et sur lequel nous sommes particulièrement vigilants, promet Michel Poignonec. C’est un terrain privé avec des porteurs de projet privés, mais on sait que l’emprise foncière est fragile. Le projet initial du groupe Vizzion prévoyait 1.500 logements et il n’y en a plus que 500 aujourd’hui par exemple. » Pour la municipalité, « les zones Natura 2000 ne sont pas des sanctuaires », il est possible d’y mener des projets immobiliers à condition « de respecter les mesures compensatoires ». Celles-ci doivent être contrôlées par des visites régulières sur le site des services de l’Etat compétents (DREAL).

« La loi a donné raison a posteriori aux éco-activistes sur le dossier du barrage Sivens, et il n’est pas encore exclu qu’à Notre Dame-des-Landes et ici, à Villenave, la justice ne nous donne pas raison », estime Alex.

« Nous appelons tous ceux qui veulent s’informer sur notre action à nous rejoindre le 2 octobre à l’occasion d’une transhumance organisée par la mairie de Villenave, que nous considérons comme une opération de green washing », lance Adrien, un autre membre du collectif.